Il y a une trentaine d’années, peu de chiens avaient accès à un cours d’obéissance, sauf en ce qui avait trait aux chiens de garde, de pistage et de chasse.  Plusieurs n’avaient pas non plus le bonheur de dormir bien au chaud dans la maison et étaient confinés à la niche.  Mon premier chien était le plus beau cadeau du monde pour moi. Mes parents sont arrivés, un beau jour d’été, avec une petite boule touffue blonde, gigotante et enjouée et m’ont dit:  c’est ton chien, tu t’en occupes!!!!  je n’avais jamais même approché un chien!  Comme je ne m’y connaissais pas du tout, j’ai fait du mieux que j’ai pu. J’adorais mon chien, mes parents n’en voulaient pas dans la maison, mais comme ma chambre était au sous-sol, je la faisais entrer par ma fenêtre et lui permettait de passer la nuit à mes côtés.  Évidemment nous avons développé une belle complicité, elle était ma copine d’exploration, nous faisions de longues ballades et étions très heureuses.  Mais… mademoiselle pourchassait les voitures, se sauvait souvent pour de longues périodes et allait jusqu’à quémander de l’attention chez nos voisins.  Tous les vendredis, lors de la belle saison, la chienne disparaissait pour ne revenir que tard en soirée.  Mon père à eu l’idée un jour de la suivre de loin.  Mademoiselle se rendait chez un couple qui avait pour habitude de se préparer des steaks sur le bbq.  Pas folle la poilue!  Elle soupait donc tous les vendredis chez ce couple!  Si un joggeur, un cycliste ou un skieur passait dans la rue, il devait redoubler sa cadence afin d’éviter notre terreur blonde.  Mais à force de tout pourchasser, le pire est arrivé.  Elle a voulu chasser une voiture et s’est retrouvé avec de nombreuses broches pour souder et retenir sa gueule suite à un accident.  Je ne pouvais la blâmer, elle n’était en rien responsable de toutes ces aventures, j’étais l’unique responsable, bien malgré moi.  aujourd’hui, j’ai un chien beaucoup mieux éduqué.  Ce n’est pas un chien de cirque, loin de là, mais je suis capable de prendre de grandes marches avec elle sans demander les soins d’un chiro ensuite, elle sait attendre sagement, demander la porte, elle reste sur le terrain, nous pouvons croiser d’autres chiens sans éclat et sans problèmes, elle voyage bien en voiture, se comporte bien chez le vétérinaire et au toilettage.  Bien sûr elle n’est pas parfaite, je n’ai pas encore réussi à la convaincre de laisser les gars de vidanges partir avec SES poubelles mais on y travaille.  Participer à des cours d’obéissance m’a permis de développer une belle relation avec mon chien, à mieux communiquer et à penser.  Souvent, quand on manque d’expérience, on a tendance à se fâcher ou à lever le ton quand tout va mal, mais une fois qu’on a trouvé la bonne facon de communiquer avec son chien, on développe des aptitudes qui nous servent dans tous les cercles de notre vie.  Un cours de groupe permet de socialiser le chiot, affiner la marche au pied, améliorer la patience du chien, resserrer les liens entre le maître et son compagnon canin, trouver des techniques pour stimuler mentalement le chien, améliorer plusieurs comportements, aide l’humain à comprendre le language canin, et peut même vous emmener à développer de belles amitiés.

 

Nancy Plouffe